Débat entre les céréales et les brebis

Présentation

Ce texte est une reconstitution à partir de plusieurs tablettes, dont BM 16921, CBS 13401, CBS 13941, CBS 14005, CBS 14078, CBS 15161, CBS 2228, CBS 6860,  CBS 6983, CBS 7344 etc...

La reconstitution a été faite par Joachim Krecher en 1998, et la traduction en anglais disponible sur le site de l'ETCSL.

 Ce texte est original car il s'agit d'un débat, ici entre la brebis et la céréale, débat où chacun apporte ses arguments pour lui et contre son adversaire, avant qu'un Dieu ne décide du vainqueur.

Ce type de texte semble fréquent, puisque d'autres sur le même modèle existent.

Il sera intéressant de comparer certains des textes originaux des tablettes ci dessus avec le texte définitif que l'on trouve ici.

Le texte

1-11. Sur la montagne sacrée, lorsqu'An engendra les dieux Anuna, il n'engendra pas en même temps les céréales, et sur la Terre il ne façonna pas non plus le fil d'Uttu, ni ne créa le métier à tisser pour Uttu. Sans l'apparition de la brebis, il ne pouvait naître de nombreux agneaux, et sans l'apparition de la chèvre, il ne pouvait naître de nombreux chevreaux, la brebis ne pouvait donner naissance à ses agneaux jumeaux, et la chèvre ne pouvait donner naissance à ses chevreaux triplés, les Anuna, les grands dieux, ne connaissaient pas encore les noms de céréale ou de brebis.

12-25. Il n'y avait pas de céréales de trente jours; il n'y avait pas de céréales de quarante jours; il n'y avait pas de céréales de cinquante jours; il n'y avait pas de petites céréales, ni de céréales de montagne, ni de céréales de saintes habitations. Il n'y avait pas d'étoffe à porter; Uttu n'était pas né, aucun turban royal n'était porté; Le Seigneur Nigir-si, le précieux Seigneur n'était pas né; Šakkan [le dieu des animaux sauvages] n'était pas allé dans les terres arides. Les hommes de cette époque ne savaient pas ce que c'était que de manger du pain. Ils ne savaient pas que l'on pouvait porter des vêtements; ils allaient et venaient nus sur la terre. Comme un troupeau, ils mangeaient de l'herbe avec leurs bouches et buvaient de l'eau dans les fossés.

26-36. À cette époque, en l'endroit où les Dieux habitaient, dans leur propre maison, sur la montagne sacrée, ils créèrent des brebis et des céréales. Les Dieux Anuna de la montagne sacrée se réunirent dans la salle divine du banquet et partagèrent la générosité des brebis et des céréales, mais ils ne furent pas rassasiés; Les Dieux Anuna de la montagne sacrée prirent du lait sucré de leur sainte bergerie, mais ils ne furent pas rassasiés. Pour leur propre bien-être dans la sainte bergerie, ils les  donnèrent à l'humanité pour leur subsistance.

37-42. Alors, Enki dit à Enlil: "Enlil, maintenant que les brebis et les céréales ont été créés sur la montagne sacrée, envoyons-les de la montagne sacrée sur terre." Enki et Enlil, après avoir échangés ces Saintes Paroles, envoyèrent les brebis et les céréales de la montagne sacrée sur terre.

43-53. Les brebis furent clôturés dans leur bergerie, des plantes vertes leurs furent généreusement données. Les céréales eurent un champ, la charrue, la fourche et une équipe leurs furent données. Les brebis debouts eurent un berger dans leur bergerie pleine de charme. Les céréales debout dans leurs sillons eurent une belle jeune fille rayonnante de charme qui, levant la tête du champ, fut imprégnée de la bonté du ciel. Les brebis et les céréales avaient une apparence radieuse.

54-64. Ils apportérent à tous la richesse. Ils apportèrent la nourriture à la terre. Ils accomplirent les ordonnances des dieux. Ils remplirent de réserves les entrepôts de la terre. Les granges de la Terre étaient pleines grâce à eux. Quand ils entrèrent dans les maisons des pauvres qui s'accroupissaient dans la poussière, ils apportèrent la richesse. Tous les deux, partout où ils allaient, ajoutèrent à la richesse des habitations. Partout où ils se trouvaient, ils donnaient satisfaction ; partout où ils s'installaient, ils étaient convenables. Ils égayaient le cœur de An et le coeur d'Enlil.

65-70. Ils buvaient du vin doux, ils appréciaient la bière douce. Quand ils aurent bu du vin doux et sucré et apprécié la bière, ils commencèrent une querelle sur les terres arables, ils commencèrent un débat dans la salle à manger.

71-82. La Céréale appela la brebis : «Ma sœur, je suis meilleure que vous, j'ai préséance sur vous, je suis la gloire des lumières de la Terre. J'accorde mon pouvoir au Saĝursaĝ [un membre du personnel du culte d'Inana] qui remplit le palais de respect et les hommes propagent sa renommée aux frontières de la Terre. Je suis le cadeau des Dieux Anuna. Je suis au centre pour tous les princes. Après avoir conféré mon pouvoir sur le guerrier, quand il va à la guerre, il ne connaît plus la peur, il ne connaît aucune défaillance - je lui fais quitter . . . . . . comme s'il était sur un terrain de jeu ".

83-91. "Je favorise le bon voisinage et l'amabilité. Je règle les querelles entre voisins. Quand je tombe sur un jeune captif et lui offre sa destinée, il oublie son cœur découragé et je le libère de ses fers et de ses chaînes. Je suis la Céréale, je suis la fille d'Enlil. Dans les cabanes à brebis et les enclos de traite éparpillés sur la haute plaine, que pouvez-vous faire contre moi ? Répondez-moi ce que vous pouvez répondre !"

92-101. Là-dessus, la brebis répondit à la céréale : «Ma sœur, quel que soit ce que vous dites, An, le roi des dieux, m'a fait descendre moi, la plus précieuse, du lieu saint. Tous les fils d'Uttu, la splendeur de la royauté, m'appartiennent. Šakkan, le roi de la montagne, incruste les emblèmes du roi et met ses outils en ordre. Il tord une corde géante contre les grands sommets de la terre rebelle. Il [fabrique] la fronde, le carquois et les arcs."

102-106. "La surveillance des troupes d'élite est mienne. La subsistance des travailleurs dans les champs est mienne : La gourde d'eau fraîche et les sandales sont miennes, l'huile sucrée, le parfum des dieux, l'huile mixte, l'huile pressée, l'huile aromatique, l'huile de cèdre pour les offrandes sont miennes".

107-115. "Dans ma robe, mes vêtements de laine blanche, le roi se réjouit sur ​​son trône. Mon corps brille sur la chair des grands dieux. Après s'être purifiés et baignés, les prêtres s'habillent en moi pour ma sainte lustration, je marche avec eux pour mon saint repas. Mais votre herse, votre charrue, vos fixations et vos sangles sont des outils qui peuvent être détruits. Que pouvez-vous faire contre moi ? Répondez-moi ce que vous pouvez répondre ! "

116-122. Encore une fois la Céréale s'adressa à la Brebis : «Quand la pâte de la bière a été soigneusement élaborée dans le four, et le moût versé dans le four, Ninkasi [la déesse de la bière] les mélange pour moi pendant que vos grands boucs et vos béliers sont envoyés pour mes banquets. Leurs pattes épaisses servent à tenir séparés mes produits".

123-129. "Votre berger sur les hautes plaines regarde ma récolte avec envie ; quand mes tiges sont debouts dans les champs, mon fermier fait fuir votre berger avec son bâton. Même quand il guette pour vous, des rases campagnes aux endroits cachés, vos craintes ne sont pas éliminées pour vous: les crocs des serpents, les brigants, les créatures du désert, en veulent à votre vie sur la haute plaine ".

130-142. "Chaque nuit, votre compte est fait, par un bâton votre comptage est fait dans le sol, de sorte que votre berger peut dire aux gens combien de brebis il y a et combien de jeunes agneaux, et combien de chèvres et combien de jeunes chevraux. Lorsque les vents soufflent doucement en ville et que de forts vents vous dispersent, ils construisent un enclos de traite pour vous ; Mais lorsque les vents soufflent doucement en ville et que de forts vents vous dispersent, je me lève à l'égal de Iskur [le dieu des tempêtes], je suis céréale, je suis née pour les guerriers - Je ne renonce pas. Le bidon, la cuve sur pieds, les ornements du berger, composent vos propriétés. Que pouvez-vous faire contre moi ? Répondez-moi ce que vous pouvez répondre ! "

156-168. "Lorsque vous êtes versée dans l'auge, l'assistant du boulanger vous mêle et vous jette sur le sol, et la fille du boulanger vous aplatit. Vous êtes mise dans le four et vous êtes sortie du four. Lorsque vous êtes mise sur la table, je suis devant vous - vous êtes derrière moi. Céréale, tenez en compte ! Vous aussi, comme moi, vous êtes destinée à être mangé. A l'examen de votre essence, pourquoi est ce moi qui devrait venir en deuxième ? Le meunier n'est il pas mauvais ? Que pouvez-vous faire contre moi ? Répondez-moi ce que vous pouvez répondre ! "

169-179. La Céréale fut blessée dans son orgueil, et se hâta pour le verdict. La Céréale répondit à la Brebis : «Quant à vous, Iskur est votre maître, Šakkan votre berger, et la terre votre lit. Comme le feu qui s'abat dans les maisons et dans les champs, comme les petits oiseaux chassés de la porte d'une maison, vous terminez dans la mauvaise et faible Terre. Dois-je vraiment incliner le cou avant vous ? Vous êtes répartie dans divers recipients mesurables. Lorsque vos entrailles sont emportées par les gens sur la place du marché, et lorsque votre cou est enveloppé avec votre propre pagne, un homme dit à un autre: «Remplissez le récipient avec des céréales pour ma brebis !"

180-191. Puis Enki parla à Enlil: "Enlil, les brebis et les céréales doivent être sœurs Elles devraient s'unir. De leur métal triple . . . . . . ne cesseront. Mais des deux, la céréale est la plus élevée. Laisse la brebis chuter à genoux devant la céréale. Laisse la embrasser les pieds de la céréale. Du lever au coucher du soleil, que le nom de Céréale soit loué. Les gens devraient se soumettre au joug des céréales. Celui qui a de l'argent, celui qui a des bijoux, celui qui a du bétail, celui qui a les brebis, qu'ils prennent un siège à la porte de celui qui a les céréales, et qu'il y passe son temps ".

192-193. Dans le différent entre les brebis et les céréales : la brebis est laissée derrière et la céréale s'avance. Louanges à notre Père Enki !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×